Suite

> La muséographie
Se nourrir

Le vautour est strictement nécrophage : il ne chasse pas d'animal vivant et ne mange que des charognes. Il nettoie aussi bien les carcasses des animaux sauvages que celle des animaux domestiques morts dans les troupeaux. Mais il est aussi capable de jeûner pendant plusieurs semaines. En Europe, il est étroitement dépendant de l'élevage.

Les vautours sont capables de répérer très vite un cadavre, même dissimulé dans la végétation presque invisible... Ils s'éparpillent dans leur domaine vital, toujours en vue d'un autre congénère. Ils planent en spirale, scrutent le sol et le comportement des corbeaux, pies ou autres charognards et fonctionnent alors comme un véritable réseau de surveillance...

Si l'un deux remarque le comportement d'un congénère affairé près d'un buisson il descend. Ses congénères, de proche en proche, sont alarmés et suivent le mouvement.

Très rapidement plusieurs dizaines de vautours peuvent se retrouver sur le même cadavre.

Les outils du vautours :

Les yeux :
L'acuité visuelle est exceptionnelle, ils seraient capables de repérer une carcasse d'une altitude de plus de 3000 mètres. Ils peuvent percevoir des mouvements extrêmement lents ou très rapides, imperceptibles à l'homme, mais aussi la lumière polarisée, plan de vibration de la lumière lié à la position du soleil et la lumière ultraviolette.

Le bec :
Puissant, recourbé en pointe, aux mandibules tranchantes, il peut percer, découper, depécer cuir et chairs, racler les peaux, démantibuler les carcasses. La langue, aux bords pliés comme une gouje, est équipée de denticules aigus tournés vers l'arrière, très efficaces pour "enfourner" rapidement la nourriture.

Le cou :
Long (50 cm) et souple, il leur permet de s'introduire à l'intérieur des carcasses. La colerette de plumes empêche les souillures de se répandre sur le plumage. habituellement replié en vol, il peut être tendu lors de certaines manoeuvres comme le vol en tandem.

Les serres et les pattes :
les doigts sont incapables de saisir une proie mais peuvent maintenir la nourriture au sol, repousser ou assaillir un congénère. Les serres ont la pointe émoussé, sans bord tranchant, contrairement aux rapaces chasseurs. Adaptées à la marche plutôt qu'à la capture, les pattes tendues en vol servent d'aérofreins.